Le journalisme selon BOB WOODWARD

Présentation :

Robert Upshur Woodward, dit Bob Woodward, est un grand journaliste américain du Washington Post et auteur de plusieurs livres, comme All the President’s Men (Les Hommes du président) qui a été adapté au cinéma, il a également écrit un livre sur la CIA, le Pentagone et les secrets d’Etat. Il est plus connu pour avoir découvert, avec son collègue Carl Bernstein, le scandale de Watergate.

Depuis le scandale, il n’arrête pas de chercher la vérité et de la publier.

Les articles :

Il travaille toujours de la même manière, d’abord à partir de quelques informations, il interroge plusieurs personnes, se déplace sur les lieux où s’est déroulée l’histoire, puis retourne interroger ses premiers interlocuteurs pour confirmer, développer les informations récoltées. L’article n’est jamais bâclé, Woodward peut y revenir pour ensuite l’améliorer. Il prend le temps de créer son article, de le retravailler avant la parution.

Ses articles les plus connus sont sur le rapport du général McChrystal sur l’Afghanistan, publié entier (66 pages), et le scandale du Watergate.

Le scandale du Watergate :

L’affaire débute le 17 juin 1972 par le cambriolage de l’hôtel Watergate, qui est le quartier général du Parti démocrate. Cinq hommes sont pris en flagrant délit par la police, on remarque par la suite que ce ne sont pas des cambrioleurs ordinaires, on trouve sur eux de l’argent en liquide leur appartenant, du matériel électronique d’écoute et d’espionnage, qui les fait plus ressembler à des agents secrets qu’à des voleurs.

On se demande alors d’où ils viennent. Et par qui ils sont engagés.

Pressentant le scoop, Woodward et son collègue Carl Bernstein mènent « l’enquête » et cela les amene jusqu’au CRP (Comité pour la Réélection du Président), ce qui mène à l’entourage de Richard Nixon (qui à l’époque était le président). Malgré de nombreux articles sur ce dernier, cela ne l’empêche pas d’être réélu.

Le 8 janvier 1972, le procès sur les « cambrioleurs » a lieu. L’un d’eux, McCord,un des proches de Nixon, cède sous la pression et les activités illicites du CRP apparaissent au grand jour.

On sait qui s’agit d’un espionnage sur les « ennemis » de la Maison-Blanche, qui a été organisé par le président en personne. Ce dernier ne voulant pas admettre sa responsabilité, il sacrifie un à un tous ses conseillers, pour les accuser de trahison et rester à la Maison-Blanche.

A l’été 1974, l’étau se resserre autour du président, ce qui mène à sa démission le 9 août 1974.

Aujourd’hui, encore, l’affaire continue de fasciner les Américains et elle fait partie de leur culture.

Le point de vue de Woodward sur le journalisme :

Pour lui, le journalisme est devenu « superficiel  », le journaliste ne fait son travail qu’à moitié, il fait son article le plus rapidement et publie. La population « boit » l’information, pour elle il faut aller vite, donc le journaliste veut pourvoir répondre à cette demande. Mais pour écrire un bon article, il faut prendre le temps, le temps de récupérer les informations, de sélectionner les meilleures, de les formuler pour donner l’une des meilleures lectures et les publier.

Bob Woodward a toujours agi comme cela, et ça a toujours fonctionné. Maintenant à la retraite, il ne fait qu’observer et ne voit que l’extinction du journalisme qui n’est plus le métier qu’il a fait.

KV

Compétences

Posté le

février 25, 2015

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *