Dans la peau… d’un artiste de théâtre de rue

,
Dans la peau… d’un artiste de théâtre de rue

Le théâtre de rue, ce n’est pas : Un mec torse nu qui fait tenir une barrière à Vauban sur son menton en lançant de « Approchez mesdames et messieurs » tout en allant voir les passants avec un chapeau pour qu’ils y déposent des pièces.

Le théâtre de rue, c’est :Un rapport avec le public qui diffère de celui qui peut exister en salle. En effet les spectateurs et les comédiens sont très proches, le contact est direct et les échanges nombreux. Les acteurs tiennent compte des réactions du public et jouent avec, ils le font participer et les spectateurs deviennent ainsi en quelque sorte acteurs de leur spectacle. Les spectacles de rue étant gratuits pour le public, celui-ci n’est pas en attente d’un contenu particulier et peut ainsi pleinement être surpris et attiré dans l’univers du spectacle. Mais les gens qui passent dans la rue n’ont pas forcément prévus de s’arrêter, le rôle des comédiens est donc de capter l’attention de ces personnes pour qu’elles choisissent de rester.

-Un autre travail de mise en scène, car il n’y a pas vraiment de décor ; en réalité c’est la ville qui est le décor. De plus, certains spectacles sont joués en déambulation et les artistes se retrouvent alors sur une scène en mouvement à 360°. Les spectateurs doivent donc se déplacer en même temps que les comédiens pour pouvoir suivre la progression de l’histoire. Cela évite à certains de s’assoupir contrairement à ce que l’on entend dans les salles obscures. La mise en scène est gérée différemment également à cause des contraintes de la rue même (trottoirs, pavés,…). Néanmoins, une certaine liberté existe aussi avec l’absence de toit au dessus des têtes, le ciel devient alors la seule limite verticale. Ceci permet l’utilisation de pétards, fumigènes et autres artifices.

théâtre orange

-Une création différente. Pour une pièce de théâtre en salle, l’auteur écrit un texte, on choisit les comédiens, puis le metteur en scène dirige les répétitions pour arriver aux représentations. Alors que pour la rue, le plus souvent on commence par trouver un concept, une idée (machine, costume) à partir de laquelle on commence à écrire l’ossature du jeu. Après cela, on choisit des comédiens et c’est durant les répétitions mais aussi après les représentations que le spectacle prend une forme finale, il est donc en perpétuel changement. Il faut aussi dire que les pièces traditionnelles comportent beaucoup plus de dialogues que les spectacles de rue dont le jeu se base plus sur le langage corporel, les regards et le jeu des comédiens.

-De l’organisation et de l’adaptation : Le théâtre de rue nécessite bien sûr d’être bien organisé pour jongler avec les différents costumes selon la saison, les formalités administratives ou le repérage des rues. Mais il faut également pouvoir s’adapter aisément et rapidement pour réagir aux changements de météo, à la circulation et aux autres imprévus. Dans ces cas là, il faut jouer avec (faire la circulation par exemple) et continuer de raconter son histoire dans les meilleures conditions possibles. C’est là un des principaux points qui opposent théâtre de rue et en salle car ce dernier dispose d’un certain confort dans le sens où en salle les conditions sont toujours les mêmes. Le théâtre de rue doit jouer avec la ville et s’y intégrer pleinement.

Anecdote : il peut arriver de faire un repérage dans la rue où l’on va passer pour s’apercevoir l’après-midi que des vendeurs y ont installé leur stand. Il faut alors que les acteurs s’adaptent, jouent avec les trottoirs, les bruits, les lumières pour que chacun y trouve son compte et que tout ce petit monde puisse travailler en harmonie.

Compétences

Posté le

juin 9, 2015

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *