Chapitre 7 – Une guerre nouvelle

Chapitre 7 – Une guerre nouvelle

Après avoir gagné la guerre,mes camarades ont reçu une médaille d’honneur et j’ai reçu,donné par Staline en personne,une bague portant l’insigne de notre fiere URSS.

Notre très vénérable chef d’état a ensuite lu un discours

«Mes très chèrs camarades ! C’est un honneur pour moi de vous annoncer aujourd’hui que la guerre est enfin terminée ! Vous avez combattu avec fierté pour votre pays jusqu’au bout et regardez où vous êtes à présent !

Maintenant vous pouvez vous reposer sur vos lauriers, et le jour où nous aurons besoin du peuple, vous en serez les premiers informés.

Vive l’URSS !»

Une vingtaine d’années plus tard, nous sommes en 1969.

Tous les matins, je repense au discours de notre très cher Staline.

Mais un jour, alors que je ne m’y attendais pas, quelqu’un frappa à ma porte. Je suis alors allé ouvrir et par surprise, c’était Alexis Kossyguine

le 2ème successeur de l’URSS après Le Grand Staline.

« Bonjour Vesselov. Vous devez vous demander ce que le président de notre grande nation, l’URSS, vient faire devant votre porte ?

– C’est très simple : Vous allez reprendre du service camarade ! », me dit-il avec un ton rassurant. Vous allez devoir dirigez un sous-marin rempli de missiles nucléaire pour nos amis cubains ! Vous partirez dans 2 jours précisément, alors préparer vous et vive l’URSS ! »

« Des missiles nucléaires ? Mais qu’ont-ils derrière la tête ? », me dis-je en silence.

2 jours plus tard, j’ai rejoint Moscou afin de recevoir les ordres.

Nous devions apporter une douzaine de missiles en toute discrétion des radars ‘ricains.

Une mission plus que facile pour un homme qui a piloté un robot géant en plein milieu de Berlin occupé par des « monstres ».

Le voyage fut doux mais nous sommes passés à 2 doigts de nous faire repérer par un patrouille ‘ricaine locale dans les alentours de Cuba.

Arrivés au pays, nous avons chargé les missiles dans une zone de lancement titanesque : tous les missiles étaient pointé à des points stratégiques afin de neutraliser toute l’Amérique.

« Effrayant… » dis-je à haute voix.

« Je dirais plutôt extraordinaire ! » dit un homme derrière moi.

Je me suis retourné et je lui ai demandé son nom.

« Toute mes salutations vieil ami, je suis Shotlouf et ce sont mes installations que tu as sous tes yeux ! »

« Vous comptez créer une guerre nucléaire ?! Mais c’est de la folie !

Vous allez détruire la planète entière avec vos installations du diable ! »

« Je t’interdis de me parler sur ce ton et n’insulte pas mon bébé veux-tu ?

Mes créations sont des dons du dieu de la guerre en personne. Et n’oublie pas que c’est grâce à moi que votre chère nation a gagné la guerre contre les nazis. D’ailleurs, c’étaient de très bon clients. Hitler n’hésitait pas à donner de son argent pour mes créations. »

C’est alors que j’ai ressenti la même impression que j’ai eu la première fois que je l’ai rencontré et j’ai enfin compris ce que ça voulait dire :

C’est le Diable en personne.

Compétences

Posté le

mai 25, 2016

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *