Chapitre 3

C’est sur le chemin de la scène que les deux amis entendent une musique.

Cette musique provient des hauts-parleurs de la scène.

C’était du Marilyn Manson. Une musique reconnaissable avec son chanteur à la voix grave et au chant très lent.

« Pourquoi avoir mis ça maintenant ? dit Damayanti. La cérémonie doit commencer dans cinq minutes !

-Je ne sais pas. Va voir Albek, il doit sûrement déjà être sur scène à préparer la cérémonie. Je vais voir les techniciens. » Dit Eijiro avant de partir en vitesse vers la salle de contrôle.

C’est arrivé à la salle de contrôle qu’Eijiro trouve la raison de cette anomalie : la salle de contrôle s’est transformé en salle de torture. Eijiro choqué dit

« Qui aurait pu faire ça ? Démembrer les techniciens et changer de place leurs membres… Il n’y a qu’un fou pour faire ça ! »

Eijiro n’a pas eu le temps d’appeler la sécurité qu’il voit sur les caméras de la scène l’exécution de son ami Damayanti par Albek. D’une balle dans le dos, son amie tombe, le visage face à la caméra et Albek laisse le cadavre de Damayanti pour rejoindre la salle de contrôle.

« Eiiiiijiiiiiroooo ! Dit-il d’une voix sadique. Je sais où tu te caches… ça ne sert à rien de toute façon. Tout le monde est mort. Et tu sais ce qui est le plus drôle dans l’histoire ? C’est que même mort, c’est toi qui portera le chapeau ! Tu seras le bouc émissaire, toi et ton pays. Vous serez reniés et ainsi supprimés de la carte pour faire partie de l’Empire Germanique qui va reprendre sa force d’antan ! Et ensuite ce sera au tour de l’Inde, ce pays insignifiant de pacifistes, d’appartenir à notre Empire ! »

Eijiro, au milieu de la pièce, reste stoïque, à attendre Albek et ainsi la venue de la mort en personne.

C’est alors que la porte s’ouvre, lentement, pour laisser place à un homme tâché de la tête aux pieds de sang, au regard vide et au sourire sadique.

Le fou s’approche d’Eijiro, lui pointe son arme sur le visage et dit

« C’est maintenant que tout prend son sens… »

L’homme tire et Eijiro meurt en enfer tué par les mains du Diable.

Albek fixe le corps d’Eijiro pendant plusieurs minutes avant d’utiliser la dernière balle de son arme pour se suicider.

Pourquoi Albek s’est-il lancé dans cette folie meurtrière ? Qu’entend-il par

« C’est maintenant que tout prend son sens… » ?

Vous le saurez dans l’Épilogue : Les Vilains.

Compétences

Posté le

mars 30, 2017

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *