Chapitre 2

La porte du vaisseau s'ouvre pour laisser place à une foule en délire.

Les trois fils s'avancent tout en saluant le public.
Eijiro voulait commencer à saluer le public mais à cause du trop grand nombre de spectateurs 
et pour la sécurité des fils, ils ont dû avancer au plus vite jusqu'au bâtiment principal où se trouve 
le monument de l'île.

Arrivé sur place, trois hommes habillés comme l'homme mystère du vaisseau avec la même broche 
les attendent. Ils s'approchent et l'un d'entre eux dit 
	« Bienvenue dans notre édifice ! Je suis le Gouverneur Jérémy Delatranche et voici 
mes associés Philippe Potin et Honoré de Balkany, de la société française Les Vilains ! dit-il avec 
fierté. 
	-Je vais vous guider dans le bâtiment avant de vous emmener à la cérémonie des 100 ans de 
l'île. » 
C'est alors que les deux hommes, Potin et Balkany, partent dans une pièce voisine. 
Au moment de commencer la visite, Albek se met à marcher aux côtés du Gouverneur et se met 
à parler dans un langage familier, comme si les deux hommes se connaissaient depuis toujours.

Ils commencent à traverser un couloir pour ensuite accéder à une gigantesque scène. 
	« C'est ici que vous ferez la cérémonie ; et juste en face, les gradins pouvant accueillir dix milles
 personnes et toute la cérémonie sera retransmise sur toute l'île et à travers le monde en direct. 
Maintenant que vous savez à quoi vous attendre, allez vous préparer. 
Les spectateurs vont commencer à rentrer dans dix minutes et la cérémonie commence 
dans une heure. »  
C'est avec encore plus de stress qu'Eijiro quitte la scène pour aller se préparer pour la cérémonie. 
Au moment de partir, Albek dit 
	« Partez devant, je vous rejoins plus tard. Eijiro lui répond 
	-Très bien, mais fait vite. »  






Eijiro et Damayanti partent dans les coulisses afin de se préparer. 
Sur le chemin Eijiro dit 
	« Tu es bien trop silencieuse aujourd'hui. Que t'arrive-t-il ? Damayanti en bégayant dit 
	-J..Je ne vois pas où est le p..problème ?
	-Le stress ? Damayanti, se relâche et dit 
	-Cinq millions ! Ils sont cinq millions, ça ne te fait rien ?
	-Tu devrais dire ça à Albek, il est passé devant le public comme si c'était dans son 
habitude d'être devant cinq millions de spectateurs. Aucun signe de stress, rien ! 
Comparé à lui, je n'ai jamais vu autant de personnes au même endroit. 
	-Ton père ne t'a pas entraîné pour faire face à toutes les situations ? 
	-Même lui n'a pas vécu de telles cérémonies, il a juste appris à ne plus stresser et à 
garder son sang-froid.
	-Ton père a dû en voir des choses dans sa vie. Répondi Eijiro, sans émotion
	-Il a vécu la moitié de sa vie en ermite dans les forêts de la Corée du Sud.

Les deux amis ont dû interrompre leur discussion pour s'équiper de micro et repartir pour 
la scène de la cérémonie... 
	

Compétences

Posté le

mars 13, 2017

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *