Chapitre 1

Nous sommes en 2069 dans un avant-poste japonais à 200 km du Cratère Ryujin. Eijiro accompagné de ses amies Albek et Damayanti, se préparent pour la fête des 100 ans du cratère. Eijiro se trouve sur le balcon de sa suite à contempler le cratère de loin. Son père s’approche :

« Magnifique n’est-ce pas ? Eijiro se retourne, surpris et répondis

-L’histoire de ce cratère reste tout de même énigmatique. Les dieux ont vraiment créé un tel endroit ? Le fils regarde le père en attendant une réponse sincère.

-Et bien selon moi, je ne pense pas. Mais laisse donc un peu de magie dans le cœur des croyants. » dit-il le sourire aux lèvres.

Déçu de la réponse de son père, Eijiro le laisse et retourne contempler les flots éternels du cratère. Le père et le fils se tiennent côte à côte, l’un vieux et se tenant sur sa canne de toutes ses forces et l’autre se tenant droit avec fière allure.

Soudain, un homme fait éruption dans la pièce. C’est un jeune homme d’environ 30 ans. Il porte un costume/cravate avec un insigne noir indéfinissable en son centre. Il s’approche du père, lui murmure quelque chose et sort de la pièce. Le père d’Eijiro se retourne et dit à son fils

« Prépare-toi, nous arrivons dans dix minutes. » puis il sort rejoindre l’homme en costume.

Eijiro met son kimono et sa chevalière reçue le jour de ses 18 ans.

Il sort de sa chambre et va rejoindre ses amis Albek et Damayanti.

Lors de son arrivée, Eijiro aperçoit pour la première fois ses amis dans leur tenue traditionnelle : Albek porte un costume de Brunswick et Damayanti a un Salwar kameez.

C’est alors qu’une voix se fait entendre aux haut-parleurs : « Atterrissage dans deux minutes ! Je répète, atterrissage dans deux minutes ! »

Le père d’Eijiro s’approche de son fils et dit « Prépare-toi à saluer le public. »

Eijiro demande, stressé « Combien sont-ils ?

-Je ne sais pas, environ trois à cinq millions. »

La réponse du père ne fait qu’empirer son stress.

De leur côté, Damayanti arrive à contrôler son stress et Malbek ne présente aucune émotion, jusqu’à avoir un petit sourire sournois.

La porte du vaisseau s’ouvre pour laisser place à une foule en délire.

Compétences

Posté le

février 27, 2017

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *