8 Mars

-Tu restes avec moi ? – Toujours.

                                                                           – Hunger Games

  Je ne voulais pas y aller. Je savais que c’était une mauvaise idée. Mais pour faire plaisir à Axelle j’ai quand même accepté. Le cinéma était rempli, tous le monde se pressait, se bousculait pour avoir la meilleure place. Ce qui, soyons honnêtes, est complètement débile puisque où que l’on soit dans une salle de cinéma, on voit l’écran géant ! C’est un peu le principe ! Mais comme Axelle tenait vraiment à aller voir ce film , j’ai fait un effort. Même si pour moi être entassé au milieu des gens et de sentir leur regard plein de jugement sur moi me donne encore plus l’envie de partir sur un île déserte !

  Du coup j’ai pris sur moi et je me suis engouffré dans la foule pour nous acheter des places. La seule chose de positive dans cette soirée c’est que le film a l’air assez bien, et peut être aussi parce que je suis avec Axelle. Après avoir retrouvé Axelle et acheter un bon kilo de pop corn. Nous avons tant bien que mal cherché une place, dans la salle obscure, pleine à craquer. Le film a fini par commencer et j’ai essayé,vraiment, de me concentrer sur celui-ci, mais j’en fus incapable. J’ai passé la presque totalité du film les yeux fixés sur Axelle. Je ne sais pas si c’est son air concentré, le fin sourire, ou carrément les éclats de rire qu’elle a laissé échapper. Mais je la trouvais magnifique, j’aimais son sourire et la manière dont le film la captivait. Elle était tellement belle.

  Le film s’est terminé trop vite à mon goût. Nous avons alors quitté le cinéma, empruntant les rues étroites, pour arriver jusqu’au métro. Tout était calme, quelques personnes étaient sur le quai à attendre le dernier métro. Il est enfin arrivé. Axelle et moi avons pris place dans la rame. Durant tout le trajet Axelle s’est extasiée sur le film ne cessant de faire des commentaire. Aux quels je ne pouvais pas répondre parce que de 1) je n’ai rien suivi du film et de 2) j’étais une nouvelle fois absorbé par la beauté d’ Axelle. En particulier par ses lèvres parfaitement rose. Je ne pouvais détacher mon regard de sa bouche qui s’étirait en un magnifique sourire , alors je l’ai embrassé. J’avais l’impression de respirer à nouveau. La simple pression de ses lèvres sur les miennes est pour moi une renaissance. Elle s’est lentement détaché de moi plantant ses yeux verts dans les miens. Elle affichait une mine perdu. Elle m’a alors demandé d’une faible voix : Tu aurais pas du faire ça. Je lui ai répondu que je savais mais qu’il fallait que je le fasse parce qu’elle comptait pour moi, que je la trouvais magnifique et que j’en mourais d’envie. Son sourire s’est agrandit au fur et à mesure de mon discours. Nous nous sommes regardés dans les yeux pendant quelques secondes avant qu’elle aussi m’embrasse à son tour.

Compétences

Posté le

janvier 6, 2016

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *