30 Janvier

« La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.»

-Albert Camus.

Après les événements des semaines dernières j’ai finalement décidé d’écouter Axelle. Je vais participer au groupe de soutien. Je ne sais pas si les choses vont changer, ou si je me sentirai mieux. Mais je peux au moins essayer. J’étais depuis une demi heure maintenant les pieds vissés sur le sol , ne pouvant avancer. J’étais tétanisé, je commençais même à regretter d’être venu, c’était une mauvaise idée. Alors que j’allais partir et laisser l’angoisse prendre le dessus, j’ai senti une main douce et réconfortante saisir la mienne. Axelle. Elle était venu me soutenir comme je lui avait demandé. Elle ne m’avait pas abandonné, je ne souhaite pas me faire de faux espoirs , mais j’espère qu’à partir de maintenant je pourrai compter sur elle quoi qu’il puisse m’arriver. Nous sommes donc entrés main dans la main, dans l’immense bâtiment blanc qui était en face de nous. Ce bâtiment se révélait être vraiment immense lorsque nous avons traversé une bonne dizaines de couloirs avant d’enfin arriver dans une salle, dont les murs étaient d’un jaune agressif. Une multitude de chaises noires étaient disposées en cercle parfait au centre de la pièce. En résumé c’était la parfaite pièce pour un groupe de soutien ! Il manquait juste des petits gâteaux et du jus d’orange pour compléter le tableau ! Des personnes étaient assisses sur quelques unes des chaises , alors que d’autres parlaient en petit groupe dispersé dans la pièce. Tous m’ont regardé de la tête au pied lorsque j’ai traversé la salle pour aller prendre place à mon tour au milieu des chaises. Axelle ne m’a pas lâché la main et s’est même assise à mes cotés. Après quelques minutes d’attente pendant lesquelles j’ai gardé le silence. Un homme grand et musclé, manquant sérieusement de cheveux est entré et a pris lui aussi place parmi les nombreuses chaises. Tous les autres sont venus nous rejoindre en silence. Ce silence était presque pesant. J’étais entouré d’adolescents comme moi, et d’un homme d’une trentaine d’années qui s’était présenté sous le nom de Marc. Les choses se sont finalement enchaînées très vite, tout le monde s’est rapidement présenté et a expliqué la raison de sa présence ici. Toujours la même : le harcèlement. Je n’ai pas osé parler, je ne me sentais pas encore près à le faire. Mais à la place j’ai écouté se confier Léo , jeune homme de 17 ans harcelé à cause de son homosexualité. Je pense que ma vie est affreuse et c’est vrai , mais la sienne est absolument horrible. Il se fait frapper et insulter au quotidien. Mais je dois dire que le pire dans tout ça c’est le fait qu’il se soit fait droguer puis violer lors d’une soirée. Je ne comprendrai décidément jamais les gens qui cherchent à faire du mal. Je crois que juger une personne sur ce qu ‘elle est ou ce qu’elle aime n’est pas un jugement fiable. Je pense que Léo est une personne forte, avec beaucoup de courage et de détermination, car il a fait le choix de se battre et de continuer à vivre ! Ce qui compte ce n’est pas qui est on est , mais ce que l’on fait.

Compétences

Posté le

décembre 16, 2015

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *