13 mars 2017,

 

Aujourd’hui notre étude va porter sur la chanson Manhattan-Kaboul interprétée par Renaud et Axelle Red. Ce sont deux grands chanteurs de la variété francophone.

Ce titre fut un grand succès car le thème abordé se réfère aux terrorismes et à l’inégalité des richesses entre les pays.

Pour débuter nous avons dans le premier couplet le portrait de quelqu’un issu d’un milieu social aisé habitant à New-York puis d’une autre personne issue d’un pays ravagé par la guerre à Kaboul.

Couplet 1

Bien intégré, quasiment New-Yorkais
Dans mon building tout de verre et d’acier
Je prends mon job, un rail de coke, un café

Petite fille Afghane
De l’autre côté de la terre
Jamais entendu parler de Manhattan
Mon quotidien c’est la misère et la guerre

Ces deux descriptions illustrent d’une part la réalité et d’une autre part l’inégalité faisant partie de ce monde. La réalité étant que d’un côté l’on puisse vivre dans des conditions correctes (dans un pays du nord) et que de l’autre l’on puisse vivre dans la misère (dans un pays du sud). Chaque situation est décrite rigoureusement et aussi racontée à la première personne du singulier « je ».

Refrain:

Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant
Pulvérisés sur l’autel
De la violence éternelle

Les paroles de ce refrain résument la situation de ces deux personnes. Nous constatons que malgré la distance et les différentes manières de vivre « deux étrangers » sont confrontés au même problème, qu’est la violence dite « éternelle »: c’est à dire la guerre. Ce refrain pourtant si court, une fois écouté résonne dans toutes les têtes.

Couplet 2 :

Un 747
S’est explosé dans mes fenêtres
Mon ciel si bleu est devenu orage
Lorsque les bombes ont rasé mon village

Les 2 premières lignes de ce couplet font références aux attentats du 11 septembre 2001. Quant aux deux dernières lignes elles parlent de ce que le peuple afghan a subi : la guerre déclenchée suite aux attentats qui ont touché New-York.

Couplet 3 :

Les dieux, les religions
Les guerres de civilisation
Les armes, les drapeaux, les patries, les nations
F’ront toujours de nous de la chair à canon


Les paroles désignent les principales causes des guerres de nos jours : les religions, le nationalisme et les différences culturelles. Elles sont accusatrices et c’est pour cela que le texte s’adresse à tout public. Elles insinuent que les peuple sont impuissants face à tout cela et subissent les répercussions des violences créées par certains voulant défendre une cause.

Pour conclure, les causes défendues par cette chanson sont toujours d’actualité car les attentats et les guerres persistent toujours au détriment du peuple. Malheureusement l’inégalité des richesses des pays est encore aujourd’hui présente dans le monde.

Compétences

Posté le

mars 13, 2017

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *