12 Décembre

Aujourd’hui, je me suis rendu à la cérémonie des diplômes du bac. En entrant, j’ai aperçu Will et Axelle, c’est à ce moment-là que j’ai repensé à toutes les violences que je lui ai fait subir. Honteux, j’ai décidé de ne pas aller vers eux. J’ai donc pris place plus loin. La cérémonie a commencé : le bruit s’est dissipé et j’ai senti le lourd regard de Will posé sur moi. Pour la première fois, j’ai ressenti ce sentiment de solitude que Will a sûrement dû éprouver pendant ces trois dernières années. Ce regard étant trop pesant pour moi, j’ai tourné la tête vers lui, croisant son regard mais je n’ai pas pu le supporter.

Par la suite, la cérémonie m’a semblé interminable. Une fois qu’elle fût terminée j’ai quitté la salle après avoir bu un jus d’orange et en ouvrant la porte, je me suis retrouvé subitement face à lui. Aucune issue possible, je n’avais pas le choix…

Il y eut un silence pendant quelques secondes qui me sembla durer des heures. Un sentiment de culpabilité et de regret me submergea. J’ai voulu lui dire tout ce que j’avais sur le cœur, m’excuser. Puis je me suis mis à parler sans pouvoir m’arrêter tout en voyant Will me regarder avec pitié. Je lui dit tout ce que je pensais de ce que j’avais fait et à quel point je m’en voulais. Depuis trop longtemps j’étais rongé par mes remords. Will me regardait à la fois perdu et surpris par mon discours. Il ne me répondit qu’une seule chose : « Je te pardonne, mais je n’oublierai jamais ce que tu m’as fait » . Il me regarda simplement une dernière fois et partit. Cette discussion me laissa perplexe. Je suis rentré chez moi toujours autant déconcerté par cette confrontation. Toute la soirée, je fus hanté par sa phrase et par son regard.

Lors du repas, je regardais mon assiette à laquelle je n’avais pas touché trop tourmenté par l’angoisse. J’essayais d’oublier mes vieux démons en jouant avec ma fourchette. Comme tous les soirs mon père lisait le journal après le dîner. Il attira mon attention lorsqu’il lut l’article d’un jeune qui avait trouvé la mort et prononça alors son prénom « Thomas ».

Mon sang ne fit qu’un tour, la fourchette que je tenais tomba subitement et je senti de grosses gouttes de sueur sur mon front. Je me suis tourné vers mon père en le regardant avec les larmes aux yeux, il me demanda alors « Tu le connaissais ? » Je mis quelques secondes à réagir et je lui dit d’une petite voix « Oui ».

Je montai dans ma chambre lentement, le temps de réaliser qu’une personne venait de mourir et que j’étais sans doute en partie responsable de ce drame. Thomas je le connaissais; tout comme Will je l’avais harcelé et cela pendant longtemps. Dans ma tête tout se bousculait, c’était le chaos total, je ne pensais qu’au malheur que j’avais pu infliger à Thomas qui ne connaîtrait jamais le bonheur.

Pendant quelques heures, j’ai essayé de m’endormir mais en vain, c’était plus fort que moi : je suis donc resté éveillé tout en repensant à ce que j’avais pu lui faire subir. Le moins qu’on puisse dire c’est que cette journée ne fut pas réjouissante !

Compétences

Posté le

mars 9, 2016

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *